Concert

22ème Festival de Pâques de Deauville

du 14 au 30 avril 2018

En 1997, quatre jeunes solistes – Renaud Capuçon, Jérôme Pernoo, Nicholas Angelich et Jérôme Ducros -  fondaient le festival de Pâques de Deauville avec Yves Petit de Voize et le parrainage spontané de Maria João Pires, d’Augustin Dumay et d’Emmanuel Krivine. Dans l’écrin idéal de la salle Elie de Brignac (célèbre pour ses ventes de pur-sang) ils invitèrent à les rejoindre tout ce que la France comptait de jeunes musiciens de chambre doués et ambitieux. Du trio à l’orchestre et de la musique baroque à celle de notre époque, une centaine de jeunes instrumentistes et d’ensembles se retrouvent toujours chaque printemps à Deauville dans le même esprit d’amitié et de partage qui prévalait il y a vingt ans. Des carrières s’y sont révélées, des vocations affirmées et des ensembles s’y sont formés comme Le Cercle de l’Harmonie de Jérémie Rhorer.  « Incubateur de talents, lieu unique de rencontres et d’expérimentations » (La Tribune), le festival de Pâques de Deauville réunit toujours « tout ce qui naît ou s’affirme, avec une conception large du répertoire » (Le Monde).

Partager Facebook Twitter

vendredi 20 avril 2018

Johannes Brahms (1833-1897)

Sextuor à cordes n° 1 en si bémol majeur, opus 18


 

Les cinéphiles connaissent probablement sans savoir qui en est l'auteur le Sextuor opus 18 de Brahms. En tout cas son mouvement lent, devenu le leitmotiv du film de Louis Malle Les Amants, tourné en 1958 avec Jeanne Moreau. S'il ne pensait évidemment pas au cinéma quand il entreprit ce sextuor, à vingt-sept ans, Brahms entendait sans doute l'orchestre sans encore oser l'approcher. Brillant pianiste, il avait confié à son instrument ses premiers opus, des sonates, des variations, des ballades, des lieder, un concerto. Les premiers quatuors intégreront le piano et les premières pages pour cordes ne sont pas des quatuors mais des sextuors. 

Malgré son jeune âge, le compositeur se montre hostile à la musique moderne de Wagner et préfère la discipline de l'école des anciens. Il restera donc fidèle aux modèles du classicisme comme en atteste ce sextuor pour deux violons, deux altos et deux violoncelles. Fidèle mais non figé puisque le premier mouvement, Allegro ma non troppo, en si bémol majeur, réunit trois thèmes, comme souvent Bruckner, au lieu des deux traditionnels. Le premier violoncelle présente le premier, ample et majestueux, espressivo, sur un nombre impair (neuf) de mesures, aussitôt repris par le premier violon et le premier alto. Les violons, les premiers alto et violoncelle exposent le deuxième sujet, pianissimo et dolce dans la tonalité inattendue de la majeur, sur les pizzicati des seconds alto et violoncelle. Le premier violoncelle se charge du troisième, animato, en fa majeur, avec le renfort du premier violon. Dans le mouvement lent, Brahms rappelle son attachement aux formes anciennes et à une des plus usitées, la variation. Le premier alto fait entendre le sujet, douloureux, presque résigné et saccadé de rythmes pointés tandis que les autres cordes graves marquent les temps. Six variations suivront. C'est la mélodie qui accompagne Les Amants. Les deux violons annoncent le scherzo aux accents rustiques sur les pizzicati des violoncelles. Le trio central, animato, joue d'une descente et montée en notes jointes et entretient ce mouvement perpétuel. Le finale, en forme de rondo (refrain et couplets) étonne par son allure modérée (Poco allegretto e grazioso) et son idée principale plus a priori plus propice au mouvement intermédiaire d'un divertissement (une autre allusion au classicisme ?) qu'à la conclusion d'une pièce romantique. 

Programme

Johannes Brahms (1833-1897) , Sextuor à cordes n° 1 en si bémol majeur opus 18

22ème Festival de Pâques de Deauville - du 14 au 30 avril 2018 Augustin Dumay Violon , Elina Buksha Violon , Mathis Rochat Alto , Manuel Vioque-Judde Alto , Victor Julien-Laferrière Violoncelle , Yan Levionnois Violoncelle ,

En 1997, quatre jeunes solistes – Renaud Capuçon, Jérôme Pernoo, Nicholas Angelich et Jérôme Ducros -  fondaient le festival de Pâques de Deauville avec Yves Petit de Voize et le parrainage spontané de Maria João Pires, d’Augustin Dumay et d’Emmanuel Krivine. Dans l’écrin idéal de la salle Elie de Brignac (célèbre pour ses ventes de pur-sang) ils invitèrent à les rejoindre tout ce que la France comptait de jeunes musiciens de chambre doués et ambitieux. Du trio à l’orchestre et de la musique baroque à celle de notre époque, une centaine de jeunes instrumentistes et d’ensembles se retrouvent toujours chaque printemps à Deauville dans le même esprit d’amitié et de partage qui prévalait il y a vingt ans. Des carrières s’y sont révélées, des vocations affirmées et des ensembles s’y sont formés comme Le Cercle de l’Harmonie de Jérémie Rhorer.  « Incubateur de talents, lieu unique de rencontres et d’expérimentations » (La Tribune), le festival de Pâques de Deauville réunit toujours « tout ce qui naît ou s’affirme, avec une conception large du répertoire » (Le Monde).

Partager Facebook Twitter

Découvrez les meilleurs musiciens de la scène classique internationale dans des enregistrements inédits.

Revivez leurs plus beaux concerts, au Festival de Pâques, à l'Août musical de Deauville et à la Fondation Singer-Polignac. Naviguez en toute liberté parmi vos œuvres préférées en créant vos propres playlists... et laissez-vous surprendre par la richesse d'une collection entièrement originale.