Concert

19ème Août Musical de Deauville

du 1er au 14 août 2020

C'est pour lire et jouer plus de musique encore que les musiciens du festival de Pâques décidèrent, en 2002, de créer l'Août musical de Deauville ; et surtout pour y rencontrer leurs cadets les plus prometteurs dans des concerts où alternent solos instrumentaux et œuvres de musique de chambre les plus diverses, de la période classique à la musique de notre temps.

Partager Facebook Twitter

samedi 01 août 2020

Johannes Brahms 

Zwei Gesänge pour voix, alto et piano opus 91

 

En 1864, Johannes Brahms devient le parrain du premier enfant de son excellent ami – et célèbre violoniste – Joseph Joachim. S’il ne peut malheureusement pas assister au baptême, le compositeur écrit et envoie aussitôt à la jeune famille une « berceuse sacrée » (Geistliches Wiegenlied) pour voix avec accompagnement de piano et d’alto. Brahms fait allusion en musique à l’heureux événement, reprenant un chant de Noël du XVIe siècle où Marie s’adresse à Joseph (« Joseph lieber, Joseph mein »). Mais le compositeur masque habilement sa dédicace aux oreilles non averties : il choisit de dépouiller la mélodie de ses paroles, de la confier à l’archet et de tisser au-dessus une autre ligne pour la voix, sur un autre texte – un poème d’Emmanuel Geibel.

 

Vingt ans plus tard, cette pièce deviendra la deuxième de ses Zwei Gesänge opus 91. La première est une mélodie sereine parmi les plus réussies (et les plus justement célèbres) de Brahms. Comme dans la berceuse, alto-voix et alto-instrument dialoguent et entrelacent leurs phrases jusqu’à l’aboutissement de ce « désir apaisé » (Gestillte Sehnsucht).

 

Gustav Mahler 

Des Knaben Wunderhorn pour voix et piano

Der Schildwache Nachtlied

Das irdische Leben

Wo die schönen Trompeten blasen

Urlicht

 

Publié par Achim von Arnim et Clemens Brentano entre 1805 et 1808, le recueil Des Knaben Wunderhorn (Le Cor magique de l’Enfant) devra attendre Gustav Mahler pour connaître le retentissement musical auquel il semblait promis. Cet ensemble de plusieurs centaines de chants populaires germaniques anciens contenait pourtant déjà une quantité d’ingrédients inspirants pour les compositeurs romantiques : exaltation de la nature, tableaux nocturnes, sentiments amoureux et douleur face à la mort sont autant de thèmes majeurs qui se relaient au fil des lieder. Échos des guerres napoléoniennes, les rythmes et sonneries militaires sont omniprésents. La naïveté enfantine est un autre fil conducteur de l’ouvrage. Le mélange de cette expression légère avec tous les thèmes sombres précités convient particulièrement bien au style de Mahler qui, à partir de 1888, commence à écrire plus de vingt lieder sur des textes du recueil.

Ouvrant la sélection présentée ce soir, Ablösung im Sommer et Das irdische Leben offrent un contraste puissant : alors que le premier déploie un paysage printanier insouciant où le rossignol chante joyeusement, le second fait entendre la détresse d’un enfant dont la mère ne peut pas soulager la faim. La pièce est « effrayante et forte dans l’agitation bruissante et sinistre de l’accompagnement, dans les cris torturés d’angoisse de l’enfant et la réponse uniforme et lente de la mère », détaillera Mahler. S’ensuivent deux lieder militaires : Der Schildwache Nachtlied met en scène une sentinelle qui dialogue avec sa fiancée ; rythmes martiaux et discours caressant se répondent innocemment. La conversation se poursuit dans Wo die schönen Trompeten blasen mais dans un tout autre registre : le soldat n’est plus qu’un spectre promis à errer sur les champs de bataille. Inséré dans la Symphonie n° 2 « Résurrection », le très habité Urlicht dessine pour conclure l’ascension « vers la vie éternelle et bénie ».


 

Franz Schubert 

Rondo pour piano à quatre mains D. 951


Johannes Brahms  

Danses hongroises pour piano à quatre mains WoO 1


Antonín Dvořák

Danses slaves pour piano à quatre mains opus 46 

Presto-Furiant


Danses slaves pour piano à quatre mains opus 72

Ellegretto Grazioso - Doumka 


 

Programme

Johannes Brahms (1833-1897) , Zwei Gesänge, op. 91

19ème Août Musical de Deauville - du 1er au 14 août 2020 Marie-Laure Garnier Mezzo-soprano , Odon Girard Alto , Ismaël Margain piano ,

Antonín Dvořák (1841-1904) , Huit danses slaves pour piano à quatre mains, op. 46, B. 83

19ème Août Musical de Deauville - du 1er au 14 août 2020 Guillaume Bellom piano , Ismaël Margain piano

Johannes Brahms (1833-1897) , Danses hongroises pour piano à quatre mains, WoO 1

19ème Août Musical de Deauville - du 1er au 14 août 2020 Guillaume Bellom piano , Ismaël Margain piano ,

Gustav Mahler (1860-1911) , Des Knaben Wunderhorn pour voix et orchestre

19ème Août Musical de Deauville - du 1er au 14 août 2020 Marie-Laure Garnier Mezzo-soprano , Ismaël Margain piano ,

Franz Schubert (1797-1828) , Rondo pour piano à quatre mains en la majeur, D. 951

19ème Août Musical de Deauville - du 1er au 14 août 2020 Guillaume Bellom piano , Ismaël Margain piano

Antonín Dvořák (1841-1904) , Huit danses slaves pour piano à quatre mains, op. 72, B. 147

19ème Août Musical de Deauville - du 1er au 14 août 2020 Guillaume Bellom piano , Ismaël Margain piano
2.Dumka, en mi mineur. Allegretto grazioso

C'est pour lire et jouer plus de musique encore que les musiciens du festival de Pâques décidèrent, en 2002, de créer l'Août musical de Deauville ; et surtout pour y rencontrer leurs cadets les plus prometteurs dans des concerts où alternent solos instrumentaux et œuvres de musique de chambre les plus diverses, de la période classique à la musique de notre temps.

Partager Facebook Twitter