Concert

22ème Festival de Pâques de Deauville

du 14 au 30 avril 2018

En 1997, quatre jeunes solistes – Renaud Capuçon, Jérôme Pernoo, Nicholas Angelich et Jérôme Ducros -  fondaient le festival de Pâques de Deauville avec Yves Petit de Voize et le parrainage spontané de Maria João Pires, d’Augustin Dumay et d’Emmanuel Krivine. Dans l’écrin idéal de la salle Elie de Brignac (célèbre pour ses ventes de pur-sang) ils invitèrent à les rejoindre tout ce que la France comptait de jeunes musiciens de chambre doués et ambitieux. Du trio à l’orchestre et de la musique baroque à celle de notre époque, une centaine de jeunes instrumentistes et d’ensembles se retrouvent toujours chaque printemps à Deauville dans le même esprit d’amitié et de partage qui prévalait il y a vingt ans. Des carrières s’y sont révélées, des vocations affirmées et des ensembles s’y sont formés comme Le Cercle de l’Harmonie de Jérémie Rhorer.  « Incubateur de talents, lieu unique de rencontres et d’expérimentations » (La Tribune), le festival de Pâques de Deauville réunit toujours « tout ce qui naît ou s’affirme, avec une conception large du répertoire » (Le Monde).

Partager Facebook Twitter

vendredi 27 avril 2018

César Franck (1822-1890)

Quintette pour piano, deux violons, alto et violoncelle en fa mineur (1879)

Molto moderato quasi lento

Lento con molto sentimento

Allegro non troppo ma con fuoco

 


A l'instar d'un Rameau devenu célèbre grâce à ses opéras composés sur le tard, Franck doit sa notoriété à des œuvres de sa cinquantaine : sa Symphonie, ses Variations symphoniques, sa Sonate pour violon et piano et son Prélude, Choral et Fugue. Le Quintette pour piano et cordes, achevé en 1879, s'inscrit assurément sur cette liste et définit le style de son auteur. Qui dit Franck pense cycle. Son quintette se soumet en effet à sa loi, celle d'une idée qui revient régulièrement comme « l'idée fixe » de la Symphonie fantastique de Berlioz et réapparaît dans chaque mouvement. Le compositeur ne la dévoile pas tout de suite. Il fait précéder l'Allegro d'un Molto moderato quasi lento tourmenté, presque désespéré. Le motif est pourtant banal : une simple descente de gamme, allongée d'une tierce, par les cordes qui prend une allure tragique (la partition demande dramatico et fortissimo) par ses brusques saccades dues aux notes doublement pointées donc inégales. Le piano répond par un thème consolateur entrecoupé de silences mais le ton reste foncièrement inquiet. Après que la ligne descendante a glissé d'un archet à l'autre, le piano ouvre l'Allegro par un thème également en rythme pointé. Le premier violon énonce enfin le thème principal, chromatique, qui semble tourner sur lui-même et fait alterner valeurs brèves (croches) et longues (blanches) dans un climat  Tenero ma con passione (tendre mais avec passion). Avec un long développement le thème réapparaît et laisse la place à une conclusion d'abord bruyante qui peu à peu s'éteint  dans le silence que trouent des accords du piano. Le mouvement central, Lentocon molto sentimento, repose sur une idée principale, exposée dès la première mesure par le premier violon au-dessus d'accords réguliers du piano. Malgré son quasi monopole, elle ne pourra pas empêcher le retour du thème cyclique. Le finale s'élance con fuoco dans une course éperdue marquée par le bourdonnement des deux violons avant que n'apparaisse le premier thème, nerveux, énoncé par les cordes. Une seconde idée, souvenir du mouvement précédant, s'y ajoute avant que ne revienne, après une longue attente, le thème cyclique. Le finale achève en un fmajeur triple forte un quintette débuté en fa mineur. Cette pièce marque une des premières tentatives de la musique de chambre française à vouloir se hisser au niveau de sa cousine allemande alors représentée par Brahms qui avait, lui aussi composé un quintette avec piano en fa mineur. 


Programme

César Franck (1822-1890) , Quintette pour piano, deux violons, alto et violoncelle

22ème Festival de Pâques de Deauville - du 14 au 30 avril 2018 Guillaume Bellom piano , Quatuor Arod ensemble ,
1.Molto moderato quasi lento
2.Lento con molto sentimento
3.Allegro non troppo ma con fuoco

En 1997, quatre jeunes solistes – Renaud Capuçon, Jérôme Pernoo, Nicholas Angelich et Jérôme Ducros -  fondaient le festival de Pâques de Deauville avec Yves Petit de Voize et le parrainage spontané de Maria João Pires, d’Augustin Dumay et d’Emmanuel Krivine. Dans l’écrin idéal de la salle Elie de Brignac (célèbre pour ses ventes de pur-sang) ils invitèrent à les rejoindre tout ce que la France comptait de jeunes musiciens de chambre doués et ambitieux. Du trio à l’orchestre et de la musique baroque à celle de notre époque, une centaine de jeunes instrumentistes et d’ensembles se retrouvent toujours chaque printemps à Deauville dans le même esprit d’amitié et de partage qui prévalait il y a vingt ans. Des carrières s’y sont révélées, des vocations affirmées et des ensembles s’y sont formés comme Le Cercle de l’Harmonie de Jérémie Rhorer.  « Incubateur de talents, lieu unique de rencontres et d’expérimentations » (La Tribune), le festival de Pâques de Deauville réunit toujours « tout ce qui naît ou s’affirme, avec une conception large du répertoire » (Le Monde).

Partager Facebook Twitter

Découvrez les meilleurs musiciens de la scène classique internationale dans des enregistrements inédits.

Revivez leurs plus beaux concerts, au Festival de Pâques, à l'Août musical de Deauville et à la Fondation Singer-Polignac. Naviguez en toute liberté parmi vos œuvres préférées en créant vos propres playlists... et laissez-vous surprendre par la richesse d'une collection entièrement originale.