Concert

22ème Festival de Pâques de Deauville

du 14 au 30 avril 2018

En 1997, quatre jeunes solistes – Renaud Capuçon, Jérôme Pernoo, Nicholas Angelich et Jérôme Ducros -  fondaient le festival de Pâques de Deauville avec Yves Petit de Voize et le parrainage spontané de Maria João Pires, d’Augustin Dumay et d’Emmanuel Krivine. Dans l’écrin idéal de la salle Elie de Brignac (célèbre pour ses ventes de pur-sang) ils invitèrent à les rejoindre tout ce que la France comptait de jeunes musiciens de chambre doués et ambitieux. Du trio à l’orchestre et de la musique baroque à celle de notre époque, une centaine de jeunes instrumentistes et d’ensembles se retrouvent toujours chaque printemps à Deauville dans le même esprit d’amitié et de partage qui prévalait il y a vingt ans. Des carrières s’y sont révélées, des vocations affirmées et des ensembles s’y sont formés comme Le Cercle de l’Harmonie de Jérémie Rhorer.  « Incubateur de talents, lieu unique de rencontres et d’expérimentations » (La Tribune), le festival de Pâques de Deauville réunit toujours « tout ce qui naît ou s’affirme, avec une conception large du répertoire » (Le Monde).

dimanche 15 avril 2018

Charles Ives (1874-1954)

Sonate n° 2 « Concord-Sonata » 


Aaron Copland (1900-1990)

Poèmes d’Emily Dickinson pour voix et piano 

 

Samuel Barber (1910-1981)

Dover Beach pour voix et quatuor à cordes

 

Aaron Copland (1900-1990) / Leonard Bernstein (1918-1990)

El Salón México pour deux pianos 


John Adams (1947-1973)

Hallelujah Junction pour deux pianos

 

 

Après une première étape en URSS, le week-end d'ouverture nous mène aux États-Unis, animé de la même volonté de faire entendre des œuvres rares. Il n'y aura donc pas une note de Gershwin, ni d'extraits de West Side Storyde Bernstein. Le concert commence par un des maîtres de la (jeune) musique américaine, compositeur du dimanche (il gagnait sa vie comme assureur) mais inventeur infatigable, grand amateur de superpositions d'événements, de mille-feuilles de mélodies qu'il livre à l'appétit du public. Sa Sonate « Concord »par ses références, citations et accumulations d'airs connus ou populaires, résume bien son esthétique. Son titre se réfère à la ville de Concord, dans le Massachusetts. Dans les Essays Before a Sonata, Ives présente sa musique comme une « tentative de décrire les impressions que pouvait susciter l'esprit du transcendantalisme qui est associé à la ville de Concord, il y a un demi-siècle ». C'est en effet dans cette région de la Nouvelle Angleterre que des hommes de lettres ont développé cette philosophie de la nature, nourrie de spiritualité orientale qui peut sembler naïvement utopique. Chacun des quatre mouvements de cette ample sonate (trois quarts d'heure) en évoque ainsi une figure représentative bien qu'on ne saurait parler de musique à programme ou descriptive. On remarquera néanmoins que les fameuses quatre premières notes de la Symphonie n° 5 de Beethoven parcourent chaque mouvement : on le repérera facilement à condition d'écouter attentivement car elles sont souvent assimilées à d'autres thèmes derrière lesquels elles peuvent disparaître. La Sonate « Concord »commence par convoquer Ralph Waldo Emerson (1803-1882) que Ives voit « debout sur un sommet, près de la porte de l'infini ». Torrentiel, souvent dissonant, ce premier mouvement saisit l'auditeur par sa puissance et l'égare car il semble partir dans toutes les directions. Nathaniel Hawthorne (1804-1864), auteur de la fameuse Lettre écarlate, est la figure du deuxième mouvement qui fait office de scherzo dont la brusque nervosité est parfois contrariée par des moments de pure contemplation dans l'esprit d'un choral ou, au contraire, des éclats de laCountry Band Marchde Ives. Après ce déferlement, le souvenir de The Alcotts, l'épisode le plus court de la sonate, voit passer  Amos Bronson Alcott et sa fille Louisa May, auteure de Little Women(Les Quatre Filles du docteur March), élève d'Emerson et de Thoreau. Ce dernier, Henry David Thoreau (1817-1862), est probablement le plus connu du public français des quatre noms choisis par Ives. Son livre Walden ou la vie dans les bois, du nom d'un étang près de Concord où il s'était retiré pour écrire, est facilement accessible et connaît un regain d'intérêt depuis quelques années. Ives fait de ce finale une longue méditation où résonnent les quatre notes de Beethoven.

La littérature américaine du XIXesiècle reste au programme puisque Aaron Copland a puisé dans l'œuvre tourmentée et elliptique d'Emily Dickinson (1830-1886) pour composer un cycle de douze mélodies dont sept sont proposées aujourd'hui. Nature, the gentlest motherévoque, comme son titre l'indique, la tendresse d'une nature qui prend soin de chaque être. Beaucoup plus animé, There came a wind like a buglefait tempêter le piano et souffle comme un clairon. Why do they shut me out of Heaven ?prie qu'on ouvre la porte du Ciel tandis que The world feels dustylaisse résonner le glas annonçant la mort. Heart, we will forget himréclame l'oubli d'un amant dans un climat mélancolique alors que Going to Heaven ! dans une allure beaucoup plus rythmée, comme échappée d'un chant populaire, est un cri de joie. The Chariotraconte, dans une atmosphère raréfiée, une rencontre avec la mort, personnifiée par un conducteur de chariot. Rarement entendu en France, ce cycle à la palette expressive très large se hisse pourtant parmi les sommets du genre. Copland est un très grand compositeur.

De Samuel Barber, on connaît essentiellement son célèbre Adagiopour cordes, surexploité par le cinéma qui est à l'origine un mouvement de son quatuor à cordes. Cette formation est également sollicitée pour accompagner un baryton dans un long poème du britannique Matthew Arnold (1822-1888). Cette Dover Beach(Plage de Douvres) laisse d'abord entendre le calme de la mer, le bercement régulier de ses vagues et une « note éternelle de tristesse ». Dans ce poème pessimiste, le retrait de la mer lors de la marée symbolise la disparition de la foi et, par conséquence, la misère humaine.

El Salon Mexicofait revenir la lumière et l'optimisme dans une pièce composée par Copland de retour d'un voyage au Mexique. Y résonnent le souvenir enthousiaste d'une salle de danse à Mexico appelée Salón México. Cette musique irrésistible et entraînante, aux accents folkloriques, un des plus grands succès populaires de Copland, donne des fourmis dans les jambes. Leonard Bernstein, ami du compositeur, concentra dans deux pianos toute l'énergie de l'orchestre original. 

Notre voyage se termine avec une pièce d'un des compositeurs contemporains les plus joués à travers le monde, John Adams, célèbre pour ses opéras tels Nixon in ChinaThe Death of Klinghofferou Doctor Atomic. Hallelujah Junction est le nom d'un arrêt pour camions près de la frontière entre la Californie et le Nevada. Ce triptyque d'un quart d'heure pour deux pianos joue essentiellement sur les effets d'amplification du son. « Ce qui m'intéresse est l'utilisation d'un matériau musical identique ou très proche confié aux deux pianos et joué avec un très léger décalage créant ainsi une résonance, comme si les sons passaient à travers une chambre d'écho » explique le compositeur. Le premier mouvement développe à partir des trois syllabes de « lle – lu - jah » une ample construction. Le mouvement central, plus bref, se montre plus concentré et plus régulier. Le finale « révèle le potentiel onomatopéique du titre » poursuit John Adams. Ilk conclut sa partition dans un mouvement irrépressible de mécanique qui se détraque que n'aurait pas désavoué Ligeti. 

Programme

Aaron Copland (1900-1990) , Poèmes

22ème Festival de Pâques de Deauville - du 14 au 30 avril 2018

Adèle Charvet Mezzo-soprano , Bertrand Chamayou piano

Samuel Barber (1910-1981) , Dover beach pour voix et quatuor à cordes

22ème Festival de Pâques de Deauville - du 14 au 30 avril 2018

Adèle Charvet Mezzo-soprano , Quatuor Hermès ensemble

John Adams (1947-) , Hallelujah Junction pour deux pianos

22ème Festival de Pâques de Deauville - du 14 au 30 avril 2018

Philippe Hattat piano , Bertrand Chamayou piano

Aaron Copland (1900-1990) , El Salon México

22ème Festival de Pâques de Deauville - du 14 au 30 avril 2018

Philippe Hattat piano , Bertrand Chamayou piano

Charles Ives (1874-1954) , Sonate n°2 Concord-Sonata

22ème Festival de Pâques de Deauville - du 14 au 30 avril 2018

Bertrand Chamayou piano , Lou Chang Alto , Mathilde Calderini flûte

1.Emerson - Slowly
2.Hawthorne - Very fast
3.The Alcotts - Moderately
4.Thoreau - Starting slowly and quietly

En 1997, quatre jeunes solistes – Renaud Capuçon, Jérôme Pernoo, Nicholas Angelich et Jérôme Ducros -  fondaient le festival de Pâques de Deauville avec Yves Petit de Voize et le parrainage spontané de Maria João Pires, d’Augustin Dumay et d’Emmanuel Krivine. Dans l’écrin idéal de la salle Elie de Brignac (célèbre pour ses ventes de pur-sang) ils invitèrent à les rejoindre tout ce que la France comptait de jeunes musiciens de chambre doués et ambitieux. Du trio à l’orchestre et de la musique baroque à celle de notre époque, une centaine de jeunes instrumentistes et d’ensembles se retrouvent toujours chaque printemps à Deauville dans le même esprit d’amitié et de partage qui prévalait il y a vingt ans. Des carrières s’y sont révélées, des vocations affirmées et des ensembles s’y sont formés comme Le Cercle de l’Harmonie de Jérémie Rhorer.  « Incubateur de talents, lieu unique de rencontres et d’expérimentations » (La Tribune), le festival de Pâques de Deauville réunit toujours « tout ce qui naît ou s’affirme, avec une conception large du répertoire » (Le Monde).

Le meilleur de la musique de chambre en streaming gratuit

Music.aquarelle vous fait partager le meilleur de la musique de chambre.

Ecoutez les concerts passés ou live des festivals de Deauville

Music.aquarelle vous propose de voir, revoir ou réécouter gratuitement les meilleurs concerts de musique classique en streaming. Enregistrés lors des célèbres ‘Festival de Pâques’ et ‘Août Musical’, organisés tous les ans à Deauville depuis 1996, ces concerts sont interprétés par de jeunes musiciens talentueux et les meilleurs artistes de la scène classique internationale. Ils jouent les plus belles œuvres de vos compositeurs préférés de musique classique, mais aussi des œuvres plus rares à découvrir absolument.

Créez vos playlists pour réécouter vos interprètes préférés

Ecoutez les derniers enregistrements de nos orchestres et interprètes en streaming live ou recherchez dans nos archives afin de créer des playlists personnalisées. Music.aquarelle est une station de web-radio qui vous permet d’écouter gratuitement vos pistes préférées en ligne, enregistrées dans les meilleures conditions grâce à des technologies de pointe.