Concert

16ème Août musical de Deauville

du 29 juillet au 12 août 2017

C'est pour lire et jouer plus de musique encore que les musiciens du festival de Pâques décidèrent, en 2002, de créer l'Août musical de Deauville ; et surtout pour y rencontrer leurs cadets les plus prometteurs dans des concerts où alternent solos instrumentaux et œuvres de musique de chambre les plus diverses, de la période classique à la musique de notre temps.

vendredi 11 août 2017

Frédéric Chopin (1810-1849)

Ballade n° 3 opus 47

 

Le terme de ballade prend ses racines dans la poésie lyrique médiévale, piquée d'accents épiques et héroïques. Le lied allemand s’en inspire directement. Quand Frédéric Chopin compose ses ballades (quatre au total, entre 1831 et 1842), il crée un nouveau genre que Franz Liszt, Johannes Brahms, Edvard Grieg, Gabriel Fauré, Claude Debussy ou Samuel Barber adopteront. Si la ballade n’a pas d'architecture strictement définie, celles de Chopin se construisent sur deux thèmes bien distincts et s'approchent du plan de la sonate. Ces pièces, de forme développée, comme les scherzos et à l'inverse des valses, mazurkas, nocturnes, préludes et autres études, subissent l'opposition dramatique de ses idées, de leur transformation, de leur torsion, et bouillonnent d'une véritable fièvre narrative. Elles ne peuvent cependant pas prétendre à une quelconque mise en musique d’un texte ou d’un poème, à la différence des nombreuses pièces « à programme » de Liszt, même si le nom du poète polonais Adam Mickiewicz, également exilé, est souvent suggéré. Les quatre ballades de Chopin durent entre huit et douze minutes et adoptent des rythmes ternaires.

La ballade n° 3 en la bémol majeur op 47 semble sereine et paisible. Elle débute par un premier sujet, ascendant, au rythme irrégulier à 6/8 qui est amplement développé et commenté par des traits sautillants de la main droite (double croche-croche) qui l'entraîneront très vite dans le haut du clavier, dans l'extrême aigu. Après une brève interruption, la seconde idée apparaît, sorte de claudication amusée où syncopes et silences se chamaillent. Après un intermède durant lequel la lumière décroît, puis de grands traits ascendants de la main gauche, le thème principal revient, triomphant, couronné d'impressionnantes descentes de gammes chromatiques. Une succession de traits virtuoses achemine la musique une ultime gamme descendante que ponctuent quatre accords compacts.

 

Johannes Brahms (1833-1897)

Sonate pour clarinette et piano opus 120 n° 1

 

C'est à l'intention de Richard Mühlfeld, membre de l’orchestre de Meiningen (voir programme du 29 juillet) que Brahms compose ses deux sonates pour clarinette, après le trio op. 114 et le quintette op. 115. Il est alors à Bad Ischl, cette station thermale autrichienne qui lui est chère, en cet été 1894. Ces deux sonates apportent sa dernière contribution à la musique de chambre et figurent parmi les plus belles pages du répertoire pour clarinette. La sonate n° 1 en fa mineur s'ouvre, allegro appassionato, par de puissants accords du piano qui préparent l'entrée de la clarinette et du premier thème, sinueux et mélancolique. Après un épisode de transition, le second thème, plus dynamique, puise son énergie dans ses rythmes pointés. Centre expressif de la sonate, le mouvement lent, andante un poco adagio, est un trésor de tendresse. Il commence par un thème légèrement descendant, présenté par la clarinette en valeurs de plus en plus courtes : noire pointée, croche, doubles et triples croches. Brahms le répète, comme une prière. Une section centrale se déploie sans direction précise, comme enroulée dans les guirlandes de doubles croches du piano. Puis la première partie, ornée et commentée, fait son retour. L'allegretto grazioso, à trois temps, fait office d'intermède. A une première partie mélodique, dominée par la clarinette, succède une autre, ouverte par des décalages et des syncopes des deux mains du pianiste. La sonate s'achève par un vivace en fa majeur (elle avait commencé en fa mineur). D'abord un thème insouciant, presque narquois, à la clarinette, qui fera office de refrain et deux couplets, l'un tranquille à la clarinette, l'autre, calme, au piano. Le retour triomphal du refrain assure une conclusion lumineuse.

 

Béla Bartók (1881-1945)

Quatuor à cordes n° 2 opus 17 Sz 67

 

Quand, en 1915, Bartók entreprend son quatuor n° 2, il a récemment composé son opéra Le Château de Barbe-Bleue (la création attendra 1918), son ballet Le Prince de bois et de nombreuses pièces pour piano inspirées par les folklores roumains et hongrois. Si certaines œuvres antérieures reflètent l'influence de Richard Strauss et Claude Debussy, le quatuor n° 2, achevé en 1917, témoigne d'une évolution vers un langage plus personnel, comme la suite pour piano, marquée par la musique populaire arabe. Construit en trois mouvements, le quatuor encadre un mouvement rapide de deux épisodes lents. Il commence par un moderato à la texture dense où il n'est pas très facile de distinguer les deux thèmes. Le premier est dessiné dès la deuxième mesure par le premier violon et fait se succéder deux quartes ascendantes et une seconde mineur descendante. La musique donne plus l'impression d'une perpétuelle évolution que d'une opposition claire entre deux idées. Le mouvement laisse une impression d'inachevé, comme s'il restait en suspens. L'allegro molto capriccioso rappelle par son énergie farouche, sauvage, indomptable, l'allegro barbaro pour piano et prend une forme de refrain et couplets. Au formidable travail sur le rythme (ostinato, notamment), Bartók explore le son (glissando, pizzicato, sourdine) et la matière, conférant au quatuor une texture quasi orchestrale. Après l'agitation extrême du mouvement central, le quatuor n° 2 se conclut par un lento particulièrement sombre qui joue de la raréfaction de la matière sonore. La musique semble improvisée, souvent trouée de douloureux silences et se termine sur deux pizzicatos interrogatifs de l'alto et du violoncelle.

 

Programme

Béla Bartók (1881-1945) , Quatuor à cordes n° 2 opus 17 Sz 67

16ème Août musical de Deauville - du 29 juillet au 12 août 2017

Quatuor Hanson ensemble

Johannes Brahms (1833-1897) , Sonate pour clarinette et piano opus 120 n° 1

16ème Août musical de Deauville - du 29 juillet au 12 août 2017

Amaury Viduvier clarinette , Jean-Paul Gasparian piano

C'est pour lire et jouer plus de musique encore que les musiciens du festival de Pâques décidèrent, en 2002, de créer l'Août musical de Deauville ; et surtout pour y rencontrer leurs cadets les plus prometteurs dans des concerts où alternent solos instrumentaux et œuvres de musique de chambre les plus diverses, de la période classique à la musique de notre temps.

Le meilleur de la musique de chambre en streaming gratuit

Music.aquarelle vous fait partager le meilleur de la musique de chambre.

Ecoutez les concerts passés ou live des festivals de Deauville

Music.aquarelle vous propose de voir, revoir ou réécouter gratuitement les meilleurs concerts de musique classique en streaming. Enregistrés lors des célèbres ‘Festival de Pâques’ et ‘Août Musical’, organisés tous les ans à Deauville depuis 1996, ces concerts sont interprétés par de jeunes musiciens talentueux et les meilleurs artistes de la scène classique internationale. Ils jouent les plus belles œuvres de vos compositeurs préférés de musique classique, mais aussi des œuvres plus rares à découvrir absolument.

Créez vos playlists pour réécouter vos interprètes préférés

Ecoutez les derniers enregistrements de nos orchestres et interprètes en streaming live ou recherchez dans nos archives afin de créer des playlists personnalisées. Music.aquarelle est une station de web-radio qui vous permet d’écouter gratuitement vos pistes préférées en ligne, enregistrées dans les meilleures conditions grâce à des technologies de pointe.