Concert

16ème Août musical de Deauville

du 29 juillet au 12 août 2017

C'est pour lire et jouer plus de musique encore que les musiciens du festival de Pâques décidèrent, en 2002, de créer l'Août musical de Deauville ; et surtout pour y rencontrer leurs cadets les plus prometteurs dans des concerts où alternent solos instrumentaux et œuvres de musique de chambre les plus diverses, de la période classique à la musique de notre temps.

Partager Facebook Twitter

lundi 07 août 2017

Georg-Philipp Telemann (1681-1767)

Quatuor parisien pour flûte, violon, viole de gambe et continuo n° 1

Nouveau quatuor parisien pour flûte, violon, viole de gambe et continuo n° 6

Quatuors parisiens : le titre est apocryphe et à moitié justifié. Il a été attribué par les éditeurs dans les années 1960 et regroupe deux séries de six pièces de musique de chambre. La première avait été publiée par Georg-Philipp Telemann à Hambourg en 1730, ville où il était établi depuis 1721 et coordonnait l'activité musicale. Le titre original était alors quadri a violino, flauto traversiere, viola da gamba o violoncello, e fondamento: ripartiti in 2. concerti, 2. balletti, 2. suonate. Si on sait, ou devine, que balletti signifie suites (de danses, bien sûr), on comprend que ce premier recueil réunit les principales formes de la musique instrumentale baroque : le concerto, la sonate et la suite. Telemann, en européen convaincu, adepte, comme Couperin, des « goûts-réunis » mêle donc les styles français, italien et allemand et les soumets aux modèles à la mode (Bach faisait de même). Ce recueil hambourgeois connaîtra un grand succès et sera réimprimé à l'étranger sans le consentement du compositeur. L'éditeur parisien Charles-Nicolas Le Clerc annonce ainsi en 1736 dans une nouvelle édition que les « quatuors de Tellemann [sic] ont été si universellement, approuvés, qu'on a cru faire plaisir au public de luy en donner une nouvelle édition, mieux gravée et en meilleur papier que toutes celles qui ont paru jusqu'à présent. » Voilà pour la première série des Quatuors parisiens qui n'ont donc de parisien qu'une édition.

La seconde série, baptisée, également au XXe siècle, Nouveaux quatuors parisiens, a vraiment vu le jour à Paris. Ou, tout du moins, y a été imprimée et entendue pour la première fois. À en croire son autobiographie, celle de 1740, Telemann avait « été invité depuis nombre d'années par plusieurs virtuoses du lieu qui avaient pris goût à quelques-unes de [ses] œuvres imprimées. » Sa musique l'a en effet précédé et a bâti sa réputation. Il arrive donc à Paris à l'automne 1737 et y restera huit mois. Il compose de la musique de chambre, des motets pour le Concert Spirituel et, fait paraître une nouvelle série de Nouveaux quatuors en six suites. Rien ne permet cependant d'affirmer qu'elle fut composée à Paris. Quoi qu'il en soit, ce recueil connut une interprétation qui enchanta leur auteur. « La manière admirable dont MM. Blavet à la flûte traversière, Guignon au violon, Forcroy fils [Jean-Baptiste Forqueray] à la viole de gambe et Edouard, au violoncelle, exécutèrent les quatuors mériterait d'être ici relatée si les mots suffisaient » écrit ainsi Telemann. Le titre indique clairement que, à la différence des quadri, ces Nouveaux quatuors s'organisent exclusivement en suites. Dans cette musique, Telemann y cultive autant l'alliage des timbres que la virtuosité et l'art de la conversation dans un style volontiers galant, immédiatement séduisant.

 

François Couperin (1668-1733)

Les Nations 4e ordre, La Piémontoise

C’est une supercherie qui fit tout le succès des sonates dites Les Nations. Couperin « connaissant l’âpreté des français pour les nouveautés étrangères », italianisa son nom. « Par ce petit mensonge officieux, je me rendit un très bon service » écrit-il.

La Piémontoise trouve son origine dans l’astrée, tour à tour joyeuse, tendre, mélancolique et grave, cette sonate en six mouvements est un chef-d’œuvre d’inventivité et de grâce.

 

Jean-Sébastien Bach

Sonate en trio n° 5 en do majeur BWV 529

 

Les sonates en trio de Bach comptent parmi ces plus audacieux chefs-d’œuvre.

Modèle insurpassé de l’art du contrepoint, leur difficulté technique – faire chanter les trois voix simultanément – les réservent aux interprètes les plus brillants et les plus savants.

Synthèse géniale du style rigoureux germanique et du style galant italien, elles préfigurent par leur ampleur tout l’orgue romantique à venir.

Programme

Georg Philipp Telemann (1681-1767) , Quatuor parisien pour flûte, violon, viole de gambe et continuo n° 1

16ème Août musical de Deauville - du 29 juillet au 12 août 2017 Ensemble Nevermind ensemble ,

François Couperin (1668-1733) , Les Nations 4e ordre, La Piémontoise

16ème Août musical de Deauville - du 29 juillet au 12 août 2017 Ensemble Nevermind ensemble

Johann Sebastian Bach (1685-1750) , Sonate en trio n° 5 en do majeur BWV 529

16ème Août musical de Deauville - du 29 juillet au 12 août 2017 Ensemble Nevermind ensemble ,

C'est pour lire et jouer plus de musique encore que les musiciens du festival de Pâques décidèrent, en 2002, de créer l'Août musical de Deauville ; et surtout pour y rencontrer leurs cadets les plus prometteurs dans des concerts où alternent solos instrumentaux et œuvres de musique de chambre les plus diverses, de la période classique à la musique de notre temps.

Partager Facebook Twitter

Découvrez les meilleurs musiciens de la scène classique internationale dans des enregistrements inédits.

Revivez leurs plus beaux concerts, au Festival de Pâques, à l'Août musical de Deauville et à la Fondation Singer-Polignac. Naviguez en toute liberté parmi vos œuvres préférées en créant vos propres playlists... et laissez-vous surprendre par la richesse d'une collection entièrement originale.