Concert

15ème Août musical de Deauville

du 29 juillet au 10 août 2016

C'est pour lire et jouer plus de musique encore que les musiciens du festival de Pâques décidèrent, en 2002, de créer l'Août musical de Deauville ; et surtout pour y rencontrer leurs cadets les plus prometteurs dans des concerts où alternent solos instrumentaux et œuvres de musique de chambre les plus diverses, de la période classique à la musique de notre temps.

Partager Facebook Twitter

mardi 09 août 2016

L'épais catalogue des œuvres de Martinů, riche de quelque quatre cents numéros, enferme tous les styles et tous les genres de musique, sérieuse comme drôle (le ballet La Revue de Cuisine), de la sonate à la symphonie en passant par l'opéra. Venu très tôt en France pour travailler auprès de Roussel dans les années 1920, il fuira l'Europe pour les Etats-Unis et terminera sa vie, miné par un cancer, entre Nice, Rome et la Suisse où il mourra.

La musique de chambre a été un de ses terrains d'expérimentation favoris (plus de quatre-vingt-dix œuvres!) dans lequel il essaie des combinaisons instrumentales parfois insolites. Son Nonette H 374 marque sa dernière contribution au répertoire de chambre. Malgré la proximité de la mort, cette pièce d'un quart d'heure, composée pour les trente-cinq ans du Nonette Tchèque, évolue dans une atmosphère sereine aux accents rustiques comme dans le poco allegro introductif. Ce mélange de classicisme apaisé et de souvenir de la terre natale n'en demeure pas moins émouvant : l'andante central, ouvert par les quatre instruments à cordes, suffirait à convaincre qui découvre Martinů de son génie. La campagne marque son retour par le solo de violon qui anime la danse finale de l'allegretto.

Le folklore a également sa place dans le quatuor de Brahms dans son finale alla zingarese (à la tzigane, une référence familière dans la musique de Brahms) qui a largement contribué à sa notoriété. Cet opus 25 mérite cependant d’être remarqué par sa puissance symphonique, le nombre et la force de ses thèmes, sa durée (presque trois quarts d’heure) et son habilité à unir plutôt qu’à opposer le piano et les cordes. Ainsi le début du premier mouvement donne-t-il d’emblée la parole au clavier mais il est aussitôt rejoint par ses compères. Le violoncelle expose dans l’aigu de sa tessiture, la deuxième idée, très mélodique, tandis que les trois cordes à l’unisson se chargent d’entonner la troisième d'une puissance quasi hymnique. Avant le développement qui sera construit sur le premier sujet, Brahms glisse un dernier thème, lyrique et haut porté par les cordes. Après l’éclat de ce premier moment, l’intermezzo apporte le repos nécessaire et s’auréole d’un incontestable mystère (nordique ?). À nouveau, Brahms montre qu'il ne manque pas d'idées. Une première phrase, rêveuse au violon, pendant que le violoncelle répète inlassablement la même note ; une seconde plus mélancolique à l'alto, aussitôt reprise par le piano. Alors que la musique semble s'arrêter (les répétitions du  violoncelle ralentissent), l'épisode central déploie deux airs tous deux presque badins et insouciants, au violon avec le piano et aux cordes.

L'andante con moto, qui ne peut pas vraiment passer pour un mouvement lent, fait la part belle aux cordes : deux premières idées, lyriques, encadrent un épisode central, animato, de vaste dimension, au ton épique tenu par le piano. Brahms permet aux artistes, dans l’immense finale semblable à une improvisation, de rivaliser d’imagination, de jouer avec les contrastes et de surprendre l’auditoire à chaque phrase, à chaque retour du thème principal à l'élan irrésistible, entrecoupé de mélodies au charme parfois facile mais diablement séduisantes.

Programme

Bohuslav Martinů (1890-1959) , Nonette pour flûte, hautbois, clarinette, basson, cor, violon, alto, violoncelle et contrebasse H. 374 (1959)

15ème Août musical de Deauville - du 29 juillet au 10 août 2016 David Petrlik Violon , Manuel Vioque-Judde Alto , Victor Julien-Laferrière Violoncelle , Yann Dubost Contrebasse , Ensemble Ouranos ensemble ,

Johannes Brahms (1833-1897) , Quatuor pour piano et cordes n° 1 en sol mineur opus 25

15ème Août musical de Deauville - du 29 juillet au 10 août 2016 Amaury Coeytaux Violon , Manuel Vioque-Judde Alto , Bruno Philippe Violoncelle , Guillaume Vincent piano ,

C'est pour lire et jouer plus de musique encore que les musiciens du festival de Pâques décidèrent, en 2002, de créer l'Août musical de Deauville ; et surtout pour y rencontrer leurs cadets les plus prometteurs dans des concerts où alternent solos instrumentaux et œuvres de musique de chambre les plus diverses, de la période classique à la musique de notre temps.

Partager Facebook Twitter

Découvrez les meilleurs musiciens de la scène classique internationale dans des enregistrements inédits.

Revivez leurs plus beaux concerts, au Festival de Pâques, à l'Août musical de Deauville et à la Fondation Singer-Polignac. Naviguez en toute liberté parmi vos œuvres préférées en créant vos propres playlists... et laissez-vous surprendre par la richesse d'une collection entièrement originale.