Concert

20ème Festival de Pâques de Deauville

du 23 avril au 7 mai 2016

En 1997, quatre jeunes solistes – Renaud Capuçon, Jérôme Pernoo, Nicholas Angelich et Jérôme Ducros -  fondaient le festival de Pâques de Deauville avec Yves Petit de Voize et le parrainage spontané de Maria João Pires, d’Augustin Dumay et d’Emmanuel Krivine. Dans l’écrin idéal de la salle Elie de Brignac (célèbre pour ses ventes de pur-sang) ils invitèrent à les rejoindre tout ce que la France comptait de jeunes musiciens de chambre doués et ambitieux. Du trio à l’orchestre et de la musique baroque à celle de notre époque, une centaine de jeunes instrumentistes et d’ensembles se retrouvent toujours chaque printemps à Deauville dans le même esprit d’amitié et de partage qui prévalait il y a vingt ans. Des carrières s’y sont révélées, des vocations affirmées et des ensembles s’y sont formés comme Le Cercle de l’Harmonie de Jérémie Rhorer.  « Incubateur de talents, lieu unique de rencontres et d’expérimentations » (La Tribune), le festival de Pâques de Deauville réunit toujours « tout ce qui naît ou s’affirme, avec une conception large du répertoire » (Le Monde).

samedi 07 mai 2016

La mer des Hébrides, face à la côte occidentale de l'Ecosse, a donné son nom à un archipel. On compte parmi ses nombreuses îles, Steffa, bordée de falaises et marquée par un relief basaltique. Parmi ces impressionnantes colonnes minérales s'est constituée une vaste grotte baptisée Fingal, nom d'un héros populaire. Mendelssohn l'a découvre lors de son séjour en Ecosse en 1829. Cette page symphonique d'une dizaine de minutes se veut plus impressionniste que descriptives même s'il est permis de voir dans le premier thème, un arpège de tonique mineure descendant, exposé d'emblée par les bassons, les altos et les violoncelles à l'unisson, la houle marine. Le second sujet, en mode majeur, ample, lyrique et généreux, revient aux violoncelles. Au moment de la réexposition, il sera confié à la clarinette. L'ouverture s'achève pianissimo sur un pizzicato des cordes.

 

Vado, ma dove K 583

Mozart composa cet air à l'attention de la soprano Louise Villeneuve, future créatrice du rôle de Dorabella dans Cosi fan tutte. Il devait s'insérer dans une reprise, en 1789, de Il burbero di buon cuore, opéra de Vicente Martín y Soler, composé sur un livret de Da Ponte et présenté à Vienne en 1786. Cet air en deux parties débute Allegro, en écho à l'agitation qui s'empare de l'héroïne qui ne sait où aller (Je vais, mais où?) avant d'évoluer vers un Andante sostenuot à 3/4 où s'exprime la tendresse. Pour installer l'intimité propice à la confidence, Mozart a écarté les instruments aigus (pas de flûte ni de hautbois, encore moins de trompette) et a privilégié les clarinettes, les bassons et les cors comme le registre médian de la voix.

 

Giunse alfin il momento... Deh vieni, non tardar

Extrait du quatrième et dernier acte Noces de Figaro, cet air met en scène Suzanne bien décidée à se moquer de Figaro qui a osé douter de sa fidélité. Elle tente une (fausse) opération de séduction pour exciter la jalousie de son fiancé. Commence alors un récitatif accompagné par l'orchestre dans lequel Suzanne se réjouit de retrouver son bien-aimé. Suit l'air, Andante, marqué par un solo hautbois et de basson accompagné  des pizzicatos délicats des cordes. La belle invite aux plaisirs de l'amour dans un contexte pastoral favorable.

 

Ah! Perfido opus 65

Si Mozart était déjà mort depuis cinq ans quand le jeune Beethoven composa Ah! Perfido, son empreinte ne peut se nier. Cet air en italien où alternent récitatif et air chanté emprunte en effet un langage qui reste classique. Et sa créatrice, Josefa Dušek, comptait parmi les amies de Mozart qui lui écrivit le merveilleux Bella mia fiamma. Beethoven traduit l'humeur violente de l'amoureuse trahie dès les premières notes fortissimo de l'Allegro con brio.  L'atmosphère reste noire et la musique appelle à la vengeance. Le compositeur traduit ensuite par des changements de tempo et d'orchestration l'évolution psychologique du personnage. La femme qui voit son amant partir finit par implorer sa pitié et le supplie de ne pas l'abandonner. Difficile de ne pas penser à Donna Elvira dans Don Giovanni durant ces douze minutes intenses et inspirées.

 

Symphonie n° 4 en la majeur op. 90 « Italienne »

Artiste surdoué (poésie, littérature, peinture),  Mendelssohn s’essaie dès sa prime adolescence à l’écriture orchestrale (les douze symphonies pour cordes) avant de composer à quinze ans, sa Symphonie n° 1. La Symphonie n° 3 « Ecossaise », esquissée en 1830, achevée en 1842, et la Symphonie n° 4 « Italienne » (1831/1833) se croisent et reflètent les voyages européens (Angleterre, Ecosse, Italie, France) d’un jeune compositeur avide de découvertes. Mais il ne faut pas y chercher un quelconque programme ni une volonté folklorique par la citation de mélodies populaires. Il y a certes le Saltarello final de l'« Italienne » qui peut laisser deviner une influence napolitaine. Mais le reste ? Faut-il entendre le rythme régulier des croches graves comme l’écho d’une procession religieuse ? On a pu l’écrire (tout comme la référence à un chant de pèlerinage bohémien) mais la prudence reste de rigueur. Sont en revanche d’une origine italienne contrôlée, la lumière, la fluidité, l’enthousiasme, l’exubérance des mouvements extrêmes tout comme la nature des instruments qui énoncent le premier thème (violon, instrument né et développé en Italie).

Les éléments biographiques ne livrant pas les clefs de cette œuvre radieuse, mieux vaut se référer à quelques traits purement musicaux. Le premier mouvement réunit trois idées : l’élan des violons sur un accord parfait majeur, appuyés sur le staccato des bois, une mélodie calme, présentée par les clarinettes et les flûtes, puis un motif en notes pointées, plus sévère, qui se superpose au premier thème. L’Andante joue avec l’ombre et la lumière de ses deux thèmes, l’un mineur, grave, voire plaintif, l’autre majeur et aérien. Après la longue mélodie du Con moto moderato qui se déroule dans les cordes aiguës, le trio central, annoncé par un appel de cors, installe un climat mystérieux, beaucoup plus « romantique ». La symphonie par son célèbre et papillonnant Saltarello, ivre de liberté et de couleurs (superposition des flûtes sur les violons). 

Programme

Felix Mendelssohn-Bartholdy (1809-1847) , Les Hébrides, ouverture opus 26

20ème Festival de Pâques de Deauville - du 23 avril au 7 mai 2016

Jérémie Rhorer direction , Le Cercle de l'Harmonie ensemble , L' Atelier de musique ensemble

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) , Vado, ma dove K. 583

20ème Festival de Pâques de Deauville - du 23 avril au 7 mai 2016

Jérémie Rhorer direction , Susana Gaspar Soprano , L' Atelier de musique ensemble , Le Cercle de l'Harmonie ensemble

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) , Les Noces de Figaro K. 492 Susanna, Giunse alfin il momento... Deh vieni, non tardar

20ème Festival de Pâques de Deauville - du 23 avril au 7 mai 2016

Jérémie Rhorer direction , Susana Gaspar Soprano , Le Cercle de l'Harmonie ensemble , L' Atelier de musique ensemble

Ludwig van Beethoven (1770-1827) , Ah ! Perfido opus 65

20ème Festival de Pâques de Deauville - du 23 avril au 7 mai 2016

Jérémie Rhorer direction , Susana Gaspar Soprano , Le Cercle de l'Harmonie ensemble , L' Atelier de musique ensemble

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) , Nehmt meinen Dank K.383

20ème Festival de Pâques de Deauville - du 23 avril au 7 mai 2016

Jérémie Rhorer direction , Susana Gaspar Soprano , Le Cercle de l'Harmonie ensemble , L' Atelier de musique ensemble

Felix Mendelssohn-Bartholdy (1809-1847) , Symphonie n° 4 Italienne en la majeur opus 90

20ème Festival de Pâques de Deauville - du 23 avril au 7 mai 2016

L' Atelier de musique ensemble , Le Cercle de l'Harmonie ensemble , Jérémie Rhorer direction

En 1997, quatre jeunes solistes – Renaud Capuçon, Jérôme Pernoo, Nicholas Angelich et Jérôme Ducros -  fondaient le festival de Pâques de Deauville avec Yves Petit de Voize et le parrainage spontané de Maria João Pires, d’Augustin Dumay et d’Emmanuel Krivine. Dans l’écrin idéal de la salle Elie de Brignac (célèbre pour ses ventes de pur-sang) ils invitèrent à les rejoindre tout ce que la France comptait de jeunes musiciens de chambre doués et ambitieux. Du trio à l’orchestre et de la musique baroque à celle de notre époque, une centaine de jeunes instrumentistes et d’ensembles se retrouvent toujours chaque printemps à Deauville dans le même esprit d’amitié et de partage qui prévalait il y a vingt ans. Des carrières s’y sont révélées, des vocations affirmées et des ensembles s’y sont formés comme Le Cercle de l’Harmonie de Jérémie Rhorer.  « Incubateur de talents, lieu unique de rencontres et d’expérimentations » (La Tribune), le festival de Pâques de Deauville réunit toujours « tout ce qui naît ou s’affirme, avec une conception large du répertoire » (Le Monde).

Le meilleur de la musique de chambre en streaming gratuit

Music.aquarelle vous fait partager le meilleur de la musique de chambre.

Ecoutez les concerts passés ou live des festivals de Deauville

Music.aquarelle vous propose de voir, revoir ou réécouter gratuitement les meilleurs concerts de musique classique en streaming. Enregistrés lors des célèbres ‘Festival de Pâques’ et ‘Août Musical’, organisés tous les ans à Deauville depuis 1996, ces concerts sont interprétés par de jeunes musiciens talentueux et les meilleurs artistes de la scène classique internationale. Ils jouent les plus belles œuvres de vos compositeurs préférés de musique classique, mais aussi des œuvres plus rares à découvrir absolument.

Créez vos playlists pour réécouter vos interprètes préférés

Ecoutez les derniers enregistrements de nos orchestres et interprètes en streaming live ou recherchez dans nos archives afin de créer des playlists personnalisées. Music.aquarelle est une station de web-radio qui vous permet d’écouter gratuitement vos pistes préférées en ligne, enregistrées dans les meilleures conditions grâce à des technologies de pointe.