Concert

20ème Festival de Pâques de Deauville

du 23 avril au 7 mai 2016

En 1997, quatre jeunes solistes – Renaud Capuçon, Jérôme Pernoo, Nicholas Angelich et Jérôme Ducros -  fondaient le festival de Pâques de Deauville avec Yves Petit de Voize et le parrainage spontané de Maria João Pires, d’Augustin Dumay et d’Emmanuel Krivine. Dans l’écrin idéal de la salle Elie de Brignac (célèbre pour ses ventes de pur-sang) ils invitèrent à les rejoindre tout ce que la France comptait de jeunes musiciens de chambre doués et ambitieux. Du trio à l’orchestre et de la musique baroque à celle de notre époque, une centaine de jeunes instrumentistes et d’ensembles se retrouvent toujours chaque printemps à Deauville dans le même esprit d’amitié et de partage qui prévalait il y a vingt ans. Des carrières s’y sont révélées, des vocations affirmées et des ensembles s’y sont formés comme Le Cercle de l’Harmonie de Jérémie Rhorer.  « Incubateur de talents, lieu unique de rencontres et d’expérimentations » (La Tribune), le festival de Pâques de Deauville réunit toujours « tout ce qui naît ou s’affirme, avec une conception large du répertoire » (Le Monde).

jeudi 28 avril 2016

Il y a un thème, andante, apparemment simple, suivi, comme le titre l'indique de variations : cinq. Apparemment parce qu'il s'écoule avec un naturel désarmant et semble se conformer aux règles strictes du classicisme par sa construction harmonique. Mais aux huit mesures conventionnelles de la première partie du thème répondent non pas huit autres mesures mais dix qui s'autorisent même un passage par le mode mineur. Derrière les belles manières et les grands sourires, Mozart n'hésite pas à prendre la tangente. Les cinq variations enrichissent et enguirlandes le thème, la plus marquante restant la quatrième, en sol mineur, qui reprend le schéma principal mais en sens inverse (descendre au lieu de monter). La dernière, régulièrement marquée d'accords triomphants, s'achève pianissimo.

Franz Anton Hoffmeister franc-maçon

4 novembre 1786


 

Entendu la première fois le 21 novembre 1819 ce trio est dédié à Philipp Jung, médecin et flûtiste amateur, que Weber lorsqu'il vécut à Prague entre 1813 et 1816. Le thème principal, une cellule plutôt de trois notes, de l'Allegro moderato, mélancolique, est d'abord énoncé par le violoncelle aussitôt repris par la flûte au-dessus d'accords répétés  du piano. Une deuxième idée, en octaves partagée entre le piano et le violoncelle, vient établir l'inévitable dialectique de la forme sonate. Mais Weber échappe à la règle en enrichissant le développement d'une troisième idée, en mode majeur. Le mouvement se termine par le retour, pianissimo, du premier motif. Au mouvement lent attendu, Weber préfère un scherzo. Il oppose un piano qui trépigne d'impatience en mode mineur à une valse tourbillonnante en mode majeur menée par la flûte. A ce bref mais efficace intermède succède un Andante espressivo intitulé Schäfers Klage. La flûte prête son phrasé délicat à cette Plainte du berger, titre emprunté à un poème de Goethe, qui se balance délicatement sur son rythme de sicilienne, traditionnellement associé à l'univers pastoral. Le piano la main droite seule du pianiste ouvre le finale, Allegro. La flûte lui propose une autre idée. Weber tisse alors d'étroits rapports entre les instruments et conclut Scherzando en un sol majeur fortissimo où brille la flûte.


Comment glisser le violoncelle entre le piano et le violon ?

Second thème en tonique la mineur

violon et violoncelle à deux octaves de distance entre lesquelles s'intercale la main droite du piano.

Pantoum forme poétque malaise, déjà empruntée par Hugo, Gautier et Baudelaire où les deuxième et quatrième vers du quatrain deviennent les premier et troisième du suivant. Complexit » renforcée par ABA.

Passacaille cite onze fois formule de huit mesures

Finale 5/4 et 7/4  second thème accords piano


« Malgré le beau temps, voici trois semaines que le Trio n'avance pas et me dégoûte. Mais aujourd'hui, je me suis avisé qu'il n'était pas aussi nauséabond...et le carburateur est réparé » écrit Ravel depuis Saint-Jean-de-Luz. Compositeur reconnu grâce quelques merveilles orchestrales telles Daphnis et Chloé ou Ma Mère l'oye, il semble traverser une crise d'inspiration en cette année 1914. Il n'a rien écrit depuis les Trois poèmes de Mallarmé l'an passé. Aucun signe ne permet pourtant de détecter une quelconque panne ou problème mécanique dans son Trio. Débuté en avril, il sera achevé fin août alors que la France avait décrété la mobilisation générale quatre semaines auparavant. Ravel avait voulu le terminer « avant de [s']aller engager ».

Si la rumeur de la guerre ne se perçoit pas dans le premier mouvement, Modéré, elle cède la place à des inspirations basques marquées par des mesures irrégulières. Cette même année, Ravel avait essayé de composer un concerto pour piano Zagpiak-bat (allusion aussi sept provinces historiques du pays) sur thèmes populaires. Le piano introduit un thème mystérieux, presque résigné, que reprennent aussitôt à l'unisson les deux archets. Après une accélération des événements le violon puis le violoncelle et le piano font entendre la seconde idée principale, onirique, qui semble cueillie dans le Jardin féérique de Ma Mère l'oye. Malgré son titre, le deuxième mouvement ne suit pas rigoureusement la règle du pantoum, figure stylistique venue de Malaisie (!), reprise par Victor Hugo et Baudelaire, qui fait glisser les deuxièmes et quatrièmes vers d'une strophe à la première et troisième place de la suivante (ABCD, BEDF). Il présente un scherzo vigoureux et animé, volontiers malicieux, organisé autour de trois idées. Ravel poursuit son exploration des formes éloignées, dans le temps et dans l'espace : il assujettit son troisième mouvement à la grave rigueur de la passacaille, cette danse lente  développée sur une basse obstinée qui apparaissaient les tragédies lyriques de Lully ou le clavecin de Louis Couperin. Le piano en trace la ligne descendante sur laquelle s'engagent aussitôt le violoncelle et le violon dans un même geste solennel. Doit-on y entendre la déploration des morts à venir comme dans le sombre Concerto pour la main gauche ? Ravel avoua avoir « traité [son trio] en

Programme

Carl Maria von Weber (1786-1826) , Trio pour piano, flûte et violoncelle en sol mineur opus 63 J. 259

20ème Festival de Pâques de Deauville - du 23 avril au 7 mai 2016

Bertrand Chamayou piano , Henri Demarquette Violoncelle , Magali Mosnier flûte

Maurice Ravel (1875-1837) , Trio pour violon, violoncelle et piano en la mineur (1914)

20ème Festival de Pâques de Deauville - du 23 avril au 7 mai 2016

Alexandra Soumm Violon , Bertrand Chamayou piano , Henri Demarquette Violoncelle

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) , Andante et variations pour piano à quatre mains en sol majeur K. 501

20ème Festival de Pâques de Deauville - du 23 avril au 7 mai 2016

Ismaël Margain piano , Bertrand Chamayou piano

En 1997, quatre jeunes solistes – Renaud Capuçon, Jérôme Pernoo, Nicholas Angelich et Jérôme Ducros -  fondaient le festival de Pâques de Deauville avec Yves Petit de Voize et le parrainage spontané de Maria João Pires, d’Augustin Dumay et d’Emmanuel Krivine. Dans l’écrin idéal de la salle Elie de Brignac (célèbre pour ses ventes de pur-sang) ils invitèrent à les rejoindre tout ce que la France comptait de jeunes musiciens de chambre doués et ambitieux. Du trio à l’orchestre et de la musique baroque à celle de notre époque, une centaine de jeunes instrumentistes et d’ensembles se retrouvent toujours chaque printemps à Deauville dans le même esprit d’amitié et de partage qui prévalait il y a vingt ans. Des carrières s’y sont révélées, des vocations affirmées et des ensembles s’y sont formés comme Le Cercle de l’Harmonie de Jérémie Rhorer.  « Incubateur de talents, lieu unique de rencontres et d’expérimentations » (La Tribune), le festival de Pâques de Deauville réunit toujours « tout ce qui naît ou s’affirme, avec une conception large du répertoire » (Le Monde).

Le meilleur de la musique de chambre en streaming gratuit

Music.aquarelle vous fait partager le meilleur de la musique de chambre.

Ecoutez les concerts passés ou live des festivals de Deauville

Music.aquarelle vous propose de voir, revoir ou réécouter gratuitement les meilleurs concerts de musique classique en streaming. Enregistrés lors des célèbres ‘Festival de Pâques’ et ‘Août Musical’, organisés tous les ans à Deauville depuis 1996, ces concerts sont interprétés par de jeunes musiciens talentueux et les meilleurs artistes de la scène classique internationale. Ils jouent les plus belles œuvres de vos compositeurs préférés de musique classique, mais aussi des œuvres plus rares à découvrir absolument.

Créez vos playlists pour réécouter vos interprètes préférés

Ecoutez les derniers enregistrements de nos orchestres et interprètes en streaming live ou recherchez dans nos archives afin de créer des playlists personnalisées. Music.aquarelle est une station de web-radio qui vous permet d’écouter gratuitement vos pistes préférées en ligne, enregistrées dans les meilleures conditions grâce à des technologies de pointe.