Concert

18e Festival de Pâques de Deauville

du 19 avril au 3 mai 2014

En 1997, quatre jeunes solistes – Renaud Capuçon, Jérôme Pernoo, Nicholas Angelich et Jérôme Ducros -  fondaient le festival de Pâques de Deauville avec Yves Petit de Voize et le parrainage spontané de Maria João Pires, d’Augustin Dumay et d’Emmanuel Krivine. Dans l’écrin idéal de la salle Elie de Brignac (célèbre pour ses ventes de pur-sang) ils invitèrent à les rejoindre tout ce que la France comptait de jeunes musiciens de chambre doués et ambitieux. Du trio à l’orchestre et de la musique baroque à celle de notre époque, une centaine de jeunes instrumentistes et d’ensembles se retrouvent toujours chaque printemps à Deauville dans le même esprit d’amitié et de partage qui prévalait il y a vingt ans. Des carrières s’y sont révélées, des vocations affirmées et des ensembles s’y sont formés comme Le Cercle de l’Harmonie de Jérémie Rhorer.  « Incubateur de talents, lieu unique de rencontres et d’expérimentations » (La Tribune), le festival de Pâques de Deauville réunit toujours « tout ce qui naît ou s’affirme, avec une conception large du répertoire » (Le Monde).

jeudi 01 mai 2014

Le baroque enfin de retour à Deauville ! Après de trop longues années d’absence, ce concert du 1er mai 2014 marquait en effet la renaissance de la musique ancienne lors du festival. Ce répertoire fait pourtant partie de l’histoire de la manifestation, puisque c’est à Deauville que le Cercle de l’Harmonie a fait ses premiers concerts et s’est développé. Pour l’heure, les deux amis Bach et Telemann sont ici réunis pour un programme aux accents funèbres certes, mais jamais sinistres. La production surabondante de Telemann pourrait nous amener à considérer avec condescendance une œuvre isolée. Quelle erreur ce serait pourtant que de passer à côté d’une page aussi superbe et poignante que Du aber, Daniel, une cantate parmi 1800 autres, mais qui nous montre que l’enviable réputation de leur auteur de son vivant était tout sauf un hasard. La même gravité, la même profondeur, la même inspiration mélodique se retrouvent dans la vaste ode funèbre de Bach, Lass, Fürstin, lass noch einen Strahl, composée en l’honneur de la Reine Christiane Eberhardine, morte en 1727 fidèle à sa foi protestante malgré la conversion de son époux Frédéric-Auguste Ier de Saxe pour monter sur le trône de Pologne. Sans vocation liturgique, l’œuvre est cependant naturellement empreinte d’une grande religiosité, et tout porte à croire que Bach en ait réutilisé la trame musicale dans sa Passion selon Saint-Marc malheureusement perdue.

En guise de mise en bouche, on goûtera la plus détendue Wassermusik de Telemann, une suite instrumentale où le goût du compositeur pour le style français transparait à chaque instant. Dirigée par Julien Chauvin, co-fondateur du Cercle de l’Harmonie, toute la jeune génération des ensembles baroques français est ici présente avec les forces cumulées de l’ensemble Desmarest et de l’Escadron volant de la Reine, sans oublier une équipe de solistes très en vue avec Victoire Bunel, Rodrigo Ferreira, Manuel Nunez Camelino et Virgile Ancely.


Contemporains et amis, Telemann et Bach ont tous deux voyagé au gré de leurs postes, comme la plupart des musiciens de l'époque, avant d'achever leur brillante carrière par un long office : Telemann régnera sur la musique de Hambourg de 1721 jusqu'à la fin de ses jours (son filleul Carl Philipp Emanuel Bach lui succédera) et Bach sur celle de Leipzig de 1723 à 1750. Tous deux ont écrit de la musique profane et sacrée influencée, comme tout ce premier XVIIIe siècle, par les styles italien et français. La Wassermusik montre, comme la Water Music de Haendel, une profonde empreinte du second. Elle commence en effet par une ouverture en deux parties (une partie lente et majestueuse puis une autre, plus rapide, signalée par des notes répétées des violons) avant d'aligner plusieurs danses stylisées : sarabande, bourrée, loure, gavotte et autres menuets sont ainsi au programme mais Telemann leur assigne à chacune une figure : apparaissent ainsi Neptune amoureux, Le Jeu des naïades ou La Marée. Destinée à célébrer le centenaire de l'amirauté de Hambourg le 6 avril 1723, cette musique pour flûtes, hautbois, basson et cordes confirme le sens de l'humour (le roulis des Joyeux Marins en rythme pointé) et le coup d'œil d'un compositeur injustement mésestimé en France. Qui d'ailleurs le considère trop souvent comme un auteur de musique au kilomètre, uniquement versé dans le divertissement risque de réviser ce jugement expéditif. La cantate funèbre Du aber, Daniel gehe hin atteint en effet une gravité et une profondeur que l'on ne prête pas spontanément à Telemann. Peut-être composée entre 1706 et 1708, soit à Sorau ou Eisenach, elle commence par une sonate, introduction instrumentale, où les tendres appels de la flûte à bec et des violes, traditionnellement associées à la mort, évoquent la cantate Actus Tragicus de Bach. Une succession de récitatifs et d'airs chérissent ce repos éternel qui soustrait le mortel aux souffrances terrestres. « Monde haï, je te dis adieu » chante ainsi la basse tandis que la soprano attend la venue des anges qui la guideront vers la cité céleste (merveilleux air ponctué de pizzicatos). C'est également pour des funérailles que Bach écrivit sa Trauerode. Le 5 septembre 1727 mourait la princesse Christiane Eberhardine, épouse du prince électeur de Saxe Frédéric Auguste Ier et roi de Pologne sous le nom d'Auguste II. Contrairement à ce dernier qui avait renié sa foi pour accéder au trône d'un pays catholique, elle était resté luthérienne convaincue ce qui la rendit populaire. Aussi pour saluer la mémoire de la défunte, un jeune aristocrate de Leipzig commanda une musique à Bach, en poste depuis quatre ans. La cérémonie se tint le 17 octobre non pas dans une des deux principales églises de la ville, Saint-Thomas et Saint-Nicolas, mais en l'église Saint-Paul Découpée en deux parties qui encadrent l'oraison funèbre, cette cantate, de la plume de Johann Christoph Gottsched, ne contient aucune référence aux textes sacrés et n'a donc aucune vocation liturgique. Elle s'organise en dix numéros où alternent récitatifs et airs et fait appel à une instrumentation originale, mêlant flûtes traversières, hautbois et hautbois d'amour (plus graves), violes de gambes et luth. Le chœur introductif, en si mineur, secoué de rythmes pointés comme par un douloureux hoquet, baigne dans des « flots de larmes » et évolue dans un climat pesant d'affliction. L'air de soprano rappelle combien la princesse était aimée avant que le récitatif de l'alto, saisissant par ses pizzicatos et les flûtes à bec qui sonnent comme le glas mortuaire, veuille porter à l'Europe entière la triste nouvelle. Bach utilise ensuite la sonorité voilée des violes pour accompagner l'alto dans le seul air en mode majeur de cette cantate : sa mesure à 12/8 et son doux balancement associe, comme souvent, la mort à une sereine berceuse. La première partie s'achève alors, après un récitatif du ténor avec hautbois d'amour, par un chœur où la défunte est érigée en modèle. La seconde, ouverte par un air de ténor avec flûte et hautbois, s'éclaire de la lumière éternelle qui auréole désormais la princesse. Un ultime récitatif, confié à la basse, visite sa géographie personnelle (les rivières et fleuves, la ville de Pretzsch, dans l'actuel Saxe-Anhalt, où elle mourut) précède le chœur conclusif qui confirme ses vertus et l'amour de ses sujets. C'est par ce chant délicatement rythmé (12/8) et apaisé que Bach termine ce Tombeau de Sa Majesté la Reine de Pologne comme il l'écrit sur la partition autographe.

Programme

Johann Sebastian Bach (1685-1750) , Cantate « Lass, Fürstin, Lass noch einen Strahl » BWV198

18e Festival de Pâques de Deauville - du 19 avril au 3 mai 2014

Victoire Bunel Soprano , Rodrigo Ferreira Contre-ténor , Manuel Nunez Camelino Ténor , Julien Chauvin Violon , Maîtrise de Caen ensemble , Virgile Ancely Basse , L' Atelier de musique ensemble

1.Choeur- Laß, Fürstin, laß noch einen Strahl
2.Récitatif - Dein Sachsen, dein bestürztes Meissen
3.Aria - Verstummt, verstummt, ihr holden Saiten!
4.Récitatif - Der Glocken bebendes Getön
5.Aria - Wie starb die Heldin so vergnügt!
6.Récitatif - Ihr Leben ließ die Kunst zu sterben
7.Choeur - An dir, du Fürbild großer Frauen
8.Aria - Der Ewigkeit saphirnes Haus
9.Récitatif - Was Wunder ists? Du bist es wert
10.Choeur - Doch, Königin! du stirbest nicht

En 1997, quatre jeunes solistes – Renaud Capuçon, Jérôme Pernoo, Nicholas Angelich et Jérôme Ducros -  fondaient le festival de Pâques de Deauville avec Yves Petit de Voize et le parrainage spontané de Maria João Pires, d’Augustin Dumay et d’Emmanuel Krivine. Dans l’écrin idéal de la salle Elie de Brignac (célèbre pour ses ventes de pur-sang) ils invitèrent à les rejoindre tout ce que la France comptait de jeunes musiciens de chambre doués et ambitieux. Du trio à l’orchestre et de la musique baroque à celle de notre époque, une centaine de jeunes instrumentistes et d’ensembles se retrouvent toujours chaque printemps à Deauville dans le même esprit d’amitié et de partage qui prévalait il y a vingt ans. Des carrières s’y sont révélées, des vocations affirmées et des ensembles s’y sont formés comme Le Cercle de l’Harmonie de Jérémie Rhorer.  « Incubateur de talents, lieu unique de rencontres et d’expérimentations » (La Tribune), le festival de Pâques de Deauville réunit toujours « tout ce qui naît ou s’affirme, avec une conception large du répertoire » (Le Monde).

Le meilleur de la musique de chambre en streaming gratuit

Music.aquarelle vous fait partager le meilleur de la musique de chambre.

Ecoutez les concerts passés ou live des festivals de Deauville

Music.aquarelle vous propose de voir, revoir ou réécouter gratuitement les meilleurs concerts de musique classique en streaming. Enregistrés lors des célèbres ‘Festival de Pâques’ et ‘Août Musical’, organisés tous les ans à Deauville depuis 1996, ces concerts sont interprétés par de jeunes musiciens talentueux et les meilleurs artistes de la scène classique internationale. Ils jouent les plus belles œuvres de vos compositeurs préférés de musique classique, mais aussi des œuvres plus rares à découvrir absolument.

Créez vos playlists pour réécouter vos interprètes préférés

Ecoutez les derniers enregistrements de nos orchestres et interprètes en streaming live ou recherchez dans nos archives afin de créer des playlists personnalisées. Music.aquarelle est une station de web-radio qui vous permet d’écouter gratuitement vos pistes préférées en ligne, enregistrées dans les meilleures conditions grâce à des technologies de pointe.