Concert

22ème Festival de Pâques de Deauville

du 14 au 30 avril 2018

En 1997, quatre jeunes solistes – Renaud Capuçon, Jérôme Pernoo, Nicholas Angelich et Jérôme Ducros -  fondaient le festival de Pâques de Deauville avec Yves Petit de Voize et le parrainage spontané de Maria João Pires, d’Augustin Dumay et d’Emmanuel Krivine. Dans l’écrin idéal de la salle Elie de Brignac (célèbre pour ses ventes de pur-sang) ils invitèrent à les rejoindre tout ce que la France comptait de jeunes musiciens de chambre doués et ambitieux. Du trio à l’orchestre et de la musique baroque à celle de notre époque, une centaine de jeunes instrumentistes et d’ensembles se retrouvent toujours chaque printemps à Deauville dans le même esprit d’amitié et de partage qui prévalait il y a vingt ans. Des carrières s’y sont révélées, des vocations affirmées et des ensembles s’y sont formés comme Le Cercle de l’Harmonie de Jérémie Rhorer.  « Incubateur de talents, lieu unique de rencontres et d’expérimentations » (La Tribune), le festival de Pâques de Deauville réunit toujours « tout ce qui naît ou s’affirme, avec une conception large du répertoire » (Le Monde).

lundi 30 avril 2018

Franz Schubert

Ouverture pour quintette à cordes en ut mineur, D. 8

 

Franz Schubert

Fantaisie en ut majeur pour violon et piano, opus 159, D. 934


Antonín Dvorák 

Quintette pour piano et cordes en la majeur, opus 81


 

Rarement entendue, l'Ouverture pour quintette à cordespasse pour être la première œuvre de musique de chambre de Schubert. Signée par un apprenti compositeur de quatorze ans, elle serait influencée par l'ouverture de Faniska, opéra de Cherubini créé à Vienne en 1806. Schubert se souviendrait également de Hagars Klage (la Plainte de Hagar), son premier lied dont on a conservé la partition. Ces huit minutes commencent par une introduction lente (Largo), dont la solennité est appuyée par des répétitions de notes, avant que s'élance l'Allegromarqué par un premier motif plutôt inquiet (quatre notes répétées avec obstination) et un second plus aimable. 

 

Autre page peu connue de Schubert, la Fantaisie en ut majeur pour violon et piano. Le violon n'est pas spontanément associé à Schubert. Il pratiquait pourtant cet instrument et lui consacra quelques sonates et un Rondo. La Fantaisiefut composée en décembre 1827, parallèlement aux Trios avec pianoet aux Impromptus, pour le violoniste tchèque Josef Slavik (1806-1833). A l’opposé du Rondo, brillant et extraverti, elle ouvre d’autres perspectives malgré une écriture très exigeante. Constituée de quatre épisodes enchaînés, elle s’ouvre par un mémorable Andante molto(domajeur) : de la houle des trémolos du piano semble émerger la longue phrase du violon. L’Allegretto(lamineur et majeur) vigoureusement rythmé mène vers l’Andantino construit, comme la Fantaisie « Wanderer », le Quatuor « La Jeune fille et la mort »et le Quintette « La Truite », sur un lied de Schubert (Sei mir gegrusst D. 741, 1822) et ses variations. La virtuosité de cet épisode se prolonge dans l’Allegro vivace vigoureux qui cite le thème des variations (Allegretto) avant de s’achever par un Prestoconquérant. 

 

Associer le piano aux cordes n'est pas facile : l'instrument tend à prendre une posture de soliste. Aussi Mozart présenta quelques concertos pour piano en version réduite avec quatuor à cordes. Il faudra attendra le XIXesiècle pour voir le genre se développer grâce à Robert Schumann, Johannes Brahms, César Franck et Gabriel Fauré. Antonin Dvorák en a composé deux. Le premier (1872) ne le satisfit pas complètement et reste aujourd’hui encore peu joué. Si le deuxième (1887) partage la même tonalité de lamajeur et le rythme de furiant(danse tchèque rapide au rythme de 3/4), il figure en revanche parmi les pièces maîtresses de son auteur. Dvorák y combine le souvenir de tournures ou de rythmes populaires (la dumka, épisode méditatif, du mouvement lent) à la rigueur formelle de la sonate (premier mouvement), du rondo (refrain et couplet, deuxième mouvement) ou du fugato(finale). L'union contre nature entre le piano et les cordes parvient par ailleurs à un rare degré d’intimité, marqué par le lyrisme intense des thèmes. Comment, par exemple, ne pas se souvenir de la noblesse mélancolique du tout premier sujet énoncé par le violoncelle piano et espressivo sur des arpèges du piano dans le premier mouvement ? Après une transition quasi orchestrale et une reprise par le premier violon, l’alto présente la seconde idée, sinueuse et tout aussi nostalgique. L’Andante con moto réserve aussi quelques mélodies inoubliables comme celle du refrain de ce rondo, en fadièse mineur, égrenée dans l’aigu du piano. Lui répondront deux thèmes, l’un solaire au violon, l’autre, très rythmique, installé au centre du mouvement. Le scherzo virevolte sur l’archet du premier violon. Après une fausse conclusion, les instrumentistes se recueillent autour d’une idée plus indécise, poco tranquillo, en valeurs longues où réapparaît furtivement le thème principal. Après une introduction dynamique de douze mesures, le violon fait entendre un thème presque insolent en doubles croches que s’empressent d’imiter les autres instruments. Ce même premier violon présente un second thème plus mélodique dont les accents populaires rappellent les Bagatelles. Un mouvement fugué s’organise alors sur le premier thème qui prend une allure bien plus sérieuse (brahmsienne ?) avant de réaffirmer son brio. 

 

Programme

Liste des oeuvres vide .

En 1997, quatre jeunes solistes – Renaud Capuçon, Jérôme Pernoo, Nicholas Angelich et Jérôme Ducros -  fondaient le festival de Pâques de Deauville avec Yves Petit de Voize et le parrainage spontané de Maria João Pires, d’Augustin Dumay et d’Emmanuel Krivine. Dans l’écrin idéal de la salle Elie de Brignac (célèbre pour ses ventes de pur-sang) ils invitèrent à les rejoindre tout ce que la France comptait de jeunes musiciens de chambre doués et ambitieux. Du trio à l’orchestre et de la musique baroque à celle de notre époque, une centaine de jeunes instrumentistes et d’ensembles se retrouvent toujours chaque printemps à Deauville dans le même esprit d’amitié et de partage qui prévalait il y a vingt ans. Des carrières s’y sont révélées, des vocations affirmées et des ensembles s’y sont formés comme Le Cercle de l’Harmonie de Jérémie Rhorer.  « Incubateur de talents, lieu unique de rencontres et d’expérimentations » (La Tribune), le festival de Pâques de Deauville réunit toujours « tout ce qui naît ou s’affirme, avec une conception large du répertoire » (Le Monde).

Le meilleur de la musique de chambre en streaming gratuit

Music.aquarelle vous fait partager le meilleur de la musique de chambre.

Ecoutez les concerts passés ou live des festivals de Deauville

Music.aquarelle vous propose de voir, revoir ou réécouter gratuitement les meilleurs concerts de musique classique en streaming. Enregistrés lors des célèbres ‘Festival de Pâques’ et ‘Août Musical’, organisés tous les ans à Deauville depuis 1996, ces concerts sont interprétés par de jeunes musiciens talentueux et les meilleurs artistes de la scène classique internationale. Ils jouent les plus belles œuvres de vos compositeurs préférés de musique classique, mais aussi des œuvres plus rares à découvrir absolument.

Créez vos playlists pour réécouter vos interprètes préférés

Ecoutez les derniers enregistrements de nos orchestres et interprètes en streaming live ou recherchez dans nos archives afin de créer des playlists personnalisées. Music.aquarelle est une station de web-radio qui vous permet d’écouter gratuitement vos pistes préférées en ligne, enregistrées dans les meilleures conditions grâce à des technologies de pointe.